Nous suivre

Pierre Moussa : « Le Congo a besoin d’un timonier »

À la veille de l’ouverture de la campagne électorale, le secrétaire général du parti au pouvoir revient sur les objectifs de son mandat à la tête de la formation et sur le soutien inconditionnel que celle-ci compte apporter à son candidat, le président Denis Sassou Nguesso.

Photo: Le Congolais Pierre Moussa, Secrétaire général du Parti congolais du travail (PCT). Copyright Jeune Afrique

Secrétaire général du Parti congolais du travail (PCT) depuis décembre 2019, Pierre Moussa, 79 ans, reçoit dans les locaux flambant neufs du nouveau siège de la formation, qui doit être inauguré « courant 2021 ». Après avoir été ministre d’État de son pays puis président de la Commission de la Cemac (de 2012 à 2017), ce fidèle du président Denis Sassou Nguesso (DSN) a rempilé pour se mettre au service de son parti, afin de préparer la présidentielle du 21 mars prochain, pour laquelle il vient d’être nommé directeur de campagne de DSN.

Dernières actus

Le principal opposant au Tchad, Saleh Kebzabo, a retiré lundi sa candidature de la présidentielle du 11 avril en accusant le président Idriss Déby Itno, grand favori pour un sixième mandat, d'intimider ses rivaux par l'usage de la force.

Deux personnes ont été tuées et cinq blessées dimanche à N'Djamena, lors d'une tentative d'arrestation d'un opposant, candidat déclaré à la présidentielle du 11 avril au Tchad face au président Idriss Deby Itno, au pouvoir depuis 30 ans, a annoncé le gouvernement.

Il est l’un des deux seuls candidats de l’opposition qui feront face à Patrice Talon lors du premier tour de la présidentielle, le 11 avril. Alassane Soumanou, accusé d’être un faire-valoir du président sortant, attaque à son tour ses anciens alliés.

Le président de la Cour constitutionnelle, Auguste Iloki a indiqué le 17 février à Brazzaville que le scrutin présidentiel du 21 mars se jouera entre le président actuel Denis Sassou N’Guesso et six autres candidats. Parmi les huit dossiers de candidature soumis à la cour, seul celui de Michel Mboussi-Ngouari a été invalidé.