Nous suivre

Denis Sassou Nguesso prête serment devant une vingtaine de dirigeants africains

Le président Denis Sassou Nguesso, proclamé vainqueur de la présidentielle au Congo, a été investi vendredi à Brazzaville pour un quatrième mandat, en promettant devant une vingtaine de chefs d'Etat africains de défendre la forêt du bassin du Congo, "poumon africain qui fait respirer le monde".

Photo: Le président du Congo Denis Sassou Nguesso (C) sort d'un bureau de vote à Brazzaville le 21 mars 2021. AFP
A 77 ans, dont bientôt 37 cumulés au pouvoir, M. Sassou a été investi pour un nouveau mandat de cinq ans à la tête du Congo-Brazzaville, pays d'Afrique centrale riche en pétrole et en bois, qui s'étend au milieu des forêts et des tourbières du bassin du Congo.
A un peu plus de six mois de la COP26 prévue à Glasgow en novembre, l'ancien officier a promis de "donner au Congo la dimension mondiale qu'il mérite en matière de protection de l'environnement et de la biodiversité".
"On ne dira plus l'Afrique noire mais l'Afrique verte", a ajouté le président d'un pays qui reçoit comme ses voisins des aides de ses partenaires au nom de la lutte contre le réchauffement climatique.
Sur le plan intérieur, M. Sassou a promis une "politique de tolérance zéro" à l'égard des détournements de fonds et de l'enrichissement illicite.
"J'y veillerai", a insisté le président dont l'entourage a été plusieurs fois soupçonné par des ONG d'achats de villas ou d'immeubles de luxe à l'étranger avec des fonds publics détournés.
Une vingtaine de chefs d’Etat africains ont fait le déplacement de Brazzaville pour l'investiture de "l'Empereur" (surnom que lui ont donné les présidents ivoirien et guinéen): ceux d'Angola, Burkina Faso, Burundi, Centrafrique, République démocratique du Congo, Côte d’Ivoire, Ethiopie, Ghana, Guinée, Guinée Equatoriale, Liberia, Mauritanie, Mali, Namibie, Niger, Sénégal, Tchad et Togo.
L’Algérie, le Cameroun, le Gabon, le Rwanda, l'Afrique du Sud se sont fait représenter par leurs Premiers ministres ou un responsable de haut rang pour l'investiture de M. Sassou, impliqué dans des médiations africaines dans les conflits régionaux (Libye, Centrafrique, RDC).
Reprenant un thème de campagne, le président a promis une "révolution agricole" pour sortir son pays de sa dépendance au pétrole et aux importations.
M. Sassou Nguesso a été élu lors du scrutin du 21 mars, contre six adversaires, avec 88,40% de suffrages, selon les résultats validés par la Cour constitutionnelle.
Trois de ses opposants ont déposé des recours en annulation qui ont été rejetés.
Son principal adversaire, Guy-Brice Parfait Kolélas, est décédé du Covid-19 le lendemain du jour du scrutin, à son arrivée en France pour une évacuation sanitaire.
M. Sassou est l'un des doyens des chefs d’Etat africains en terme de longévité, derrière son voisin camerounais Paul Biya et l'Equato-guinéen Teodoro Obiang Nguema.
M. Sassou Nguesso est arrivé au pouvoir en 1979 et a dirigé le pays d’une main de fer sous le régime du parti unique jusqu’en 1992.
Battu lors de la première élection pluraliste en 1992, il est revenu aux affaires en 1997 à la suite d’une sanglante guerre civile qu’il a remportée contre le régime du président Pascal Lissouba, grâce à l’appui des troupes angolaises.

Avec AFP

Dernières actus

Pour la première fois depuis son retour en Côte d'Ivoire, l'ancien président Laurent Gbagbo a parlé lundi de son jugement et de son acquittement par la Cour pénale internationale (CPI), affirmant qu'il avait été envoyé à La Haye car "il fallait écarter un homme gênant".

Plusieurs milliers de personnes ont réservé dimanche un accueil triomphal à l'ex-président Laurent Gbagbo dans son village natal de Mama (centre-ouest de la Côte d'Ivoire), dix jours après son retour à Abidjan à la suite de son acquittement par la justice internationale.

Le retour de l'ex-président Laurent Gbagbo le 17 juin en Côte d'Ivoire aura des répercussions sur la vie politique de son pays où, malgré une décennie d'absence, il reste un des acteurs majeurs depuis plus de 30 ans.

C'est un saut dans l'inconnu pour les 16 millions de Tchadiens: ils vivaient depuis 30 ans sous la férule d'un homme, Idriss Déby Itno, à peine réélu puis tué, et ils héritent d'une junte militaire dirigée par un fils inexpérimenté qui concentre tous les pouvoirs.